L’Europe, un modèle pour les agriculteurs marocains

  • strict warning: Only variables should be passed by reference in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/date/date/date.theme on line 271.
  • strict warning: Only variables should be passed by reference in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/date/date/date.theme on line 276.
  • strict warning: Only variables should be passed by reference in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/date/date/date.theme on line 277.
  • strict warning: Only variables should be passed by reference in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/date/date/date.theme on line 271.
  • strict warning: Only variables should be passed by reference in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/date/date/date.theme on line 276.
  • strict warning: Only variables should be passed by reference in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/date/date/date.theme on line 277.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/views.module on line 838.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_display::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/plugins/views_plugin_display.inc on line 1707.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_display_block::options_submit() should be compatible with views_plugin_display::options_submit(&$form, &$form_state) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/plugins/views_plugin_display_block.inc on line 184.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field_broken::ui_name() should be compatible with views_handler::ui_name($short = false) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/handlers/views_handler_field.inc on line 590.
  • strict warning: Declaration of content_handler_field::options() should be compatible with views_object::options() in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/cck/includes/views/handlers/content_handler_field.inc on line 193.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort_broken::ui_name() should be compatible with views_handler::ui_name($short = false) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/handlers/views_handler_sort.inc on line 82.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/handlers/views_handler_filter.inc on line 584.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/handlers/views_handler_filter.inc on line 584.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter_broken::ui_name() should be compatible with views_handler::ui_name($short = false) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/handlers/views_handler_filter.inc on line 608.
  • warning: Creating default object from empty value in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/date/date/date.module on line 638.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/views.module on line 838.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/views.module on line 838.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/views.module on line 838.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_display_page::options_submit() should be compatible with views_plugin_display::options_submit(&$form, &$form_state) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/plugins/views_plugin_display_page.inc on line 479.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/views.module on line 838.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/views.module on line 838.
  • : Function spliti() is deprecated in /home/eurojar/public_html/sites/all/themes/pev/views-view-table--partenaireslinks-view.tpl.php on line 31.
  • : Function spliti() is deprecated in /home/eurojar/public_html/sites/all/themes/pev/views-view-table--partenaireslinks-view.tpl.php on line 31.
  • : Function spliti() is deprecated in /home/eurojar/public_html/sites/all/themes/pev/views-view-table--partenaireslinks-view.tpl.php on line 31.
  • : Function spliti() is deprecated in /home/eurojar/public_html/sites/all/themes/pev/views-view-table--partenaireslinks-view.tpl.php on line 31.
  • : Function spliti() is deprecated in /home/eurojar/public_html/sites/all/themes/pev/views-view-table--partenaireslinks-view.tpl.php on line 31.
  • : Function spliti() is deprecated in /home/eurojar/public_html/sites/all/themes/pev/views-view-table--partenaireslinks-view.tpl.php on line 31.
  • : Function spliti() is deprecated in /home/eurojar/public_html/sites/all/themes/pev/views-view-table--partenaireslinks-view.tpl.php on line 31.
  • : Function spliti() is deprecated in /home/eurojar/public_html/sites/all/themes/pev/views-view-table--partenaireslinks-view.tpl.php on line 31.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/views.module on line 838.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field_user::init() should be compatible with views_handler_field::init(&$view, $options) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/modules/user/views_handler_field_user.inc on line 48.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::init() should be compatible with views_handler::init(&$view, $options) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/handlers/views_handler_argument.inc on line 735.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument_broken::ui_name() should be compatible with views_handler::ui_name($short = false) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/handlers/views_handler_argument.inc on line 760.
  • strict warning: Declaration of send_views_handler_sort_date::options() should be compatible with views_object::options() in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/send/includes/send_views_handler_sort_date.inc on line 27.
  • strict warning: Declaration of views_handler_relationship_broken::ui_name() should be compatible with views_handler::ui_name($short = false) in /home/eurojar/public_html/sites/all/modules/views1/handlers/views_handler_relationship.inc on line 149.
28/01/2010


Dans le cadre du projet européen d'aménagement du périmètre de Sahla dans la province marocaine de Taounate, des voyages de formation ont été effectués en France comme en Espagne. Objectif: permettre aux techniciens et aux agriculteurs de bénéficier d’un savoir-faire européen et l’appliquer dans un contexte marocain.


Younes Baâmrani - Rabat, Le Commerce du Levant

Capitale nationale de l’huile de l’olive et des figues, la province de Taounate n’en demeure pas moins démunie. C’est même l’une des régions les plus pauvres du Maroc. Aux abords des montagnes du rif, elle est l’objet d’une vaste opération de lutte contre la culture du kif. «Cette province n’a jamais bénéficié d’un véritable plan de développement local. Deux indicateurs: le taux très élevé d’abandon scolaire et l’importance des petites “bonnes” originaires de Taounate qui travaillent dans les maisons», explique un militant des droits de l’homme de la ville, Radi Ahmad. D’où l’intérêt du projet européen d’aide à l’aménagement hydro-agricole du périmètre Sahla des agriculteurs de Taounate. Financée à hauteur de 58% par un don de l’Union européenne, cette opération pilote doit améliorer la gestion des ressources en eau de la région et mettre en valeur un nouveau périmètre irrigué.

Développement local
Le projet cible les communes de Mezraoua et Taounate. Dans cette zone, la structure foncière caractérisée par la prédominance de la micropropriété donne une idée sur le degré de précarité des agriculteurs: 60% des exploitations sont de taille inférieure à deux hectares. Et 30% varient entre deux et cinq hectares. Quelque 7400 habitants sont touchés directement par le projet pour un total de 2942 exploitations. Le barrage de Sahla est la seule ressource d’eau pour l’irrigation des terres avec une capacité totale de la retenue avoisinant les 62 millions de m³. Le projet dont le coût global tourne autour de 532 millions de dirhams (environ 50 millions d’euros) est financé 41% par le budget général marocain et 3% par les bénéficiaires. Ces derniers participent à travers la prise en charge des frais de plantation des arbres ainsi que du coût de l’occupation temporaire des terrains au cours des travaux.

Le retour sur investissement du projet est estimé à 15,5 %. Le ministère marocain de l’Agriculture l’explique par le fait que la valeur de la production agricole de la région devrait passer de 28 à 115 millions de dirhams. «L'intérêt du projet est de créer non seulement de la valeur ajoutée et de l'emploi, mais aussi d'assurer une gestion décentralisée du développement en s'appuyant sur les structures locales, qu'elles soient administratives ou électives. La participation des usagers dans la définition des stratégies futures et dans la prise en charge financière de l'exploitation durable des équipements est un objectif prioritaire», estime-t-on du côté de la direction provinciale de l’agriculture à Taounate. Avant d’ajouter: «Dans cette démarche, deux options stratégiques ont été retenues, à savoir: l'approche participative pour l’appropriation, la gestion et l’exploitation des investissements réalisés, la promotion des structures locales (communes rurales, chambres d'agriculture, organisations professionnelles) pour garantir une gestion décentralisée des équipements.»

Tous les types de cultures sont concernés: les grandes cultures, le maraîchage, l’arboriculture fruitière, les plantes aromatiques et médicinales, l’élevage bovin laitier, l’élevage bovin d’embouche, l’élevage ovin, l’apiculture et le petit élevage. Quinze coopératives sont parties prenantes du projet et sont représentatives du type de cultures qui existent dans la région.



Apprendre à s’organiser
Les voyages techniques en Europe sont destinés à renforcer la capacité managériale de l’ensemble des acteurs individuels et institutionnels du projet Sahla, notamment les techniciens et les agriculteurs qui se sont fédérés en associations. Objectif: communiquer un savoir-faire aux acteurs locaux afin qu’ils deviennent indépendants dans la gestion de leurs affaires. «J’ai fait partie d’un voyage dans la région de Toulouse. J’ai appris beaucoup de choses, notamment dans les techniques d’engraissement, d’exploitation. J’étais accompagné par des agriculteurs de Taounate qui ont vu comment leurs confrères en France étaient organisés en coopératives. Et comment ils se prennent eux-mêmes en charge», atteste le technicien Mohammad Labrouj.

D’autres ont fait un déplacement similaire, cette fois-ci en Espagne. Au total, 23 personnes dont 16 agriculteurs du périmètre Sahla et 7 cadres représentant le projet, la Direction provinciale de l’agriculture (DPA) de Taounate et les centres de travaux de Tissa et de Aïn Aïcha sont partis en voyage en Andalousie afin d’apprendre les techniques de maîtrise des ressources en eau.

«Le modèle d’encadrement en Europe est totalement différent du nôtre. Les agriculteurs sont plus dynamiques en Europe et se fédèrent en association. Chez nous, c’est le pouvoir public qui doit tout faire», explique Abderrazak Ikama, chef du projet à Sahla. «On a appris que l’organisation est la chose la plus importante. Et qu’il fallait être entreprenant», souligne Mohammad, agriculteur. «En Andalousie, les agriculteurs sont impliqués dans la gestion et l’exploitation des eaux. Ce qui leur permet de préparer leurs propres projets pour réparer tel ou tel problème. Et c’est après qu’ils demandent à l’État un appui, technique et matériel», observe Ikama.

«À notre retour au pays, nous avons entrepris des sessions d’évaluation et on a rendu compte de ce qu’on a appris», ajoute un autre agriculteur. «Ce genre de voyage est d’une importance capitale afin de changer l’état d’esprit de nos agriculteurs. D’ailleurs, à notre retour, une coopérative de tabac et une autre de cultures maraîchères telles que les fraises ont vu le jour. C’est une implication directe du voyage», conclut, enthousiaste, Ikama.

Le Maroc jouit d’un statut de partenaire avancé
Le partenariat entre l’Union européenne et le Maroc date de 1969 avec l’entrée en vigueur d’un accord commercial. L’accord de coopération de 1976 se compose lui de quatre protocoles financiers qui ont concerné le développement rural, les infrastructures économiques, le secteur social, le secteur privé et la formation. Les années 90 marquent un saut qualificatif dans les relations entre l’Union européenne et le royaume avec la déclaration de Barcelone en 1995, la conclusion de l’accord d’association en 1996 et surtout le lancement du programme MEDA 1996-1999. MEDA II verra le jour en 2000. En 2003, c’est l’adoption par la Commission de la Politique européenne de voisinage suivie deux ans plus tard du plan d’action fixant les domaines prioritaires. Puis finalement, l’adoption du document stratégique pour le Maroc 2007-2013 ainsi que du programme indicatif national (PIN) 2007-2010. Depuis 2008, le Maroc jouit d’un statut avancé. La stratégie 2007-2013 identifie cinq priorités d’intervention : développement des politiques sociales, modernisation économique, appui institutionnel, bonne gouvernance et droits de l’homme, et la protection de l’environnement. Quelque 296 millions d’euros, soit 42,3% du montant total du budget, ont été dédiés au volet social. Il est suivi par le volet économique (231,67 millions d’euros), l’appui institutionnel (93 millions d’euros), environnement (50 millions d’euros), gouvernance/droits de l’homme (28 millions d’euros). L’appui de l’Europe a concerné en premier lieu l’accompagnement des réformes comme l’assurance maladie, l’eau et l’assainissement, le transport, l’administration publique, l’habitat insalubre, la fiscalité, l’éducation et la santé.

 

Ghazouani Mohammad, président de l’association Rahma pour l’eau à Taounate
«Nous avons été invités en Andalousie en tant que présidents d’association d’agriculteurs. Le but de ce voyage, qui a duré douze jours, était de voir comment nos voisins du Nord gèrent l’eau et surtout comment ils la conservent. Nous avons été chaleureusement accueillis par les associations espagnoles, à raison de trois à quatre rendez-vous quotidiens. Elles nous ont expliqué comment elles se gèrent de façon autonome, contrairement à nous qui dépendons des pouvoirs publics. Une autre remarque: alors que nous disposons d’une meilleure infrastructure en eau, les associations espagnoles sont nettement plus productives que les nôtres. Je crois fermement que c’est une question de mentalité. D’ailleurs, les associations andalouses sont majoritairement gérées par des jeunes de moins de 40 ans.»


Consulter la fiche projet: Mise en valeur et aménagement hydroagricole du périmètre irrigué de Sahla au nord du Maroc






Vos réactions
Jamal Eddine Oubaha, Maroc | 16-04-2010, 17.00h

Cette initiative de l'union européenne me paraît très importante parce qu'elle va apprendre a nos agriculteurs et spécialistes un autre modèle d'exploitation de la terre beaucoup plus productif mais aussi beaucoup plus " ami " de l'eau et de la nature en général. J’espère que cette initiative va réussir et qu'elle soit un coup de pouce au plan ambitieux Maroc Vert.

Jamal Eddine Oubaha, Maroc | 08-04-2010, 15.39h

Je salue chaleureusement cette initiative de l’union européenne qui vient soutenir le plan Maroc vert lancé par SM le roi Mohamed VI. Cette initiative qui se base sur 3 axes: Gestion de ressources en eau ; Formation des agriculteurs et de techniciens ; Le développement local. Le Maroc a connu récemment d'importantes précipitations qui a alimenté les barrages et la nappe pratique de grande quantité d'eau qu'il faut bien gérer pour la conserver le plus longtemps possible, cependant le problème dont souffre l'agriculture marocaine et surtout celle de Sahla est la prédominance de micropropriétés, d'où l'intérêt de s'organiser dans des coopératives regroupant un grand nombre de terrains agricoles ce qui impliquera une bonne gestion de ressources en eaux mais surtout une bonne exploitation de la terre. La formation à son tour va aider les agriculteur a s'ouvrir sur de nouvelles expériences et à changer leur mentalité vis a vis de la terre, de l'eau et des pouvoir public et les transmettre de simple mendiant du ciel et de l'état a de forts acteurs dans l'économie nationale ce qui va permettre un important développement local.

afroukh, Maroc | 14-02-2010, 00.54h

Premièrement, nous remercions l'UE de l'attention qu'elle porte au royaume en tant que pays de voisinage avancé. Sincèrement, le Maroc a de la chance ces deux dernières années puisque le ciel lui a offert des quantités importantes de précipitations. Par ailleurs, les politiques suivies par le nouveau ministre de l'agriculture ont sincèrement aidé les agriculteurs à oser de s'aventurier dans l'agriculture, car la dernière décennie a été marquée par des flux migratoires des zones rurales vers les villes. cela a nécessité de bloquer ces flux en assurant des ressources de survies d'origine rurale. ce que nous demandons surtout, c'est de suivre et controler les aides, les financements, et la pratique des politiques initiées par l'UE car trop de capitaux sont gaspillés sans qu'ils soient dépensés rationnellement. Merci encore une fois de l'attention vous vous avez porté, que vous portez, et que vous voudrez bien porter à ce pays.